De Genere Mundi

lanaissancedumonde.jpg

De l’humus, l’émergence majestueuse d’un équilibre.
Il est don de soi, trésor enfoui, à la fois grotesque et respectable.
C’est un autre de sérénité dans la métamorphose ;
Avatar d’un pour toujours qui ne sera jamais plus.
Le double souffle éternel d’une ambivalence peccamineuse.

La Naissance du Monde, Constantin BRÂNCUSI (1920)
Dallas Museum of Art
© Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris


<blockquote>C. Duran Obsession</blockquote>

<blockquote>C. Duran Obsession</blockquote>

Un son de fin silence (1 R 19, 12)

Il est mental, le temple, et le sanctuaire est spirituel. Il n'est pas d'autre temple, pas d'autre sanctuaire. Et en celui-ci ne souffle qu'un soupir de silence

Sylvie GERMAIN, Les échos du silence, Paris, Albin Michel, 2006, p. 51

Archives


créations |
L'ArtBlog de Danièle Gouby |
auch |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jungle Draws
| Girandole
| .mOse.